La collecte des eaux permet d’économiser l’eau du robinet, gérer les eaux de ruissellement et récupérer des liquides dans un souci environnemental et économique.
Seuls les réservoirs enterrés en béton armé sont insensibles au cycle vide-plein.

eaux réserve pluie

Nous réalisons

  • Réserve d’eau pluviales en béton armé de 2000 à 50 000 litres
  • Bassins d’orage ou cuve de rétention
  • Cuve en béton armé pour filtres à roseaux, récupération des eaux blanches de salles de traite et jus de silos

Collecter l’eau de pluie avec une citerne en béton permet de récupérer une eau douce de bonne qualité. Mais qui n’est pas consommable sans la mise en place d’une filtration complexe et d’analyses de potabilité régulières.

En revanche, elle est utilisable pour des usages domestiques comme l’arrosage du jardin, le lavage des voitures, ainsi que pour le réservoir des toilettes ou la machine à laver le linge.

Lorsqu’on parle de récupération d’eau de pluie, il vient immédiatement à l’esprit la cuve hors sol reliée aux descentes de gouttières pour récupérer l’eau du toit. Il existe pourtant un autre système pour collecter et stocker les eaux pluviales : la récupération enterrée, à partir d’un réservoir en béton enfoui dans le jardin.

Basé sur le même principe que la récupération à partir d’une cuve hors sol, le système de cuve en béton enterrée est plus performant :

  • l’eau est stockée à température constante,
  • à l’abri de la lumière, ce qui signifie qu’elle ne verdit pas, reste transparente et sans odeur.
Les dimensions des citernes béton sont déterminées selon plusieurs critères :
  • la surface du toit,
  • la pluviométrie de la zone géographique concernée,
  • les besoins domestiques.

Le volume des citernes en béton pour la récupération eau pluviale varie de 3500 à 10 000 litres environ. Pour ce qui est du choix de la matière il y a deux alternatives : la cuve plastique ou la cuve béton.

les cuves en béton armé à enterrer sont les seuls réservoirs qui soient insensibles au cycle vide/plein.

Leur mise en place est moins aisée, car il faut respecter certaines préconisations du fabricant dont la pose sur un lit de sable de 15 cm.

Par ailleurs, pour être hors gel, la cuve doit être recouverte de 40 cm de terre au dessus de la dalle supérieure, voire nécessite le coulage d’un béton de 10 à 15 cm avec treillis en cas de passage de véhicules.

Il va sans dire que l’installation de ce type d’équipement est très réglementée. L’accès doit être facile mais sécurisé, afin d’éviter les risques de noyade et de pollution extérieure.

On ne peut que se féliciter des efforts qui contribuent à préserver notre environnement.

Cependant, attention aux idées reçues qui laissent à penser que l’eau de pluie est une eau pure : elle est polluée par les pesticides, les poussières en suspension et autres pollutions urbaines. C’est pourquoi l’installation de récupérateurs d’eau de pluie doit se faire impérativement sous contrôle d’un professionnel qualifié.

Les différentes étapes de fabrication:
  • Fabrication de l’armature métallique sur un gabarit.
  • Soudage de l’ensemble au semi-automatique
  • Armature avant coulage
  • Positionnement de l’armature dans le moule
  • Opération de coulage à l’aide du pont roulant
  • Cheminement du béton par camion toupie au départ de la centrale jusqu’à l’atelier de fabrication
  • Cuve récupération eau de pluie 5 000 L
  • Camion prêt à partir pour la livraison
  • Béton BPS XA2 0/10 avec ciment 52
  • PMES au dosage de 350 kg/m³ + fibre anti-fissuration
  • Agrégats NF de provenance CEMEX de la gravière de Chambéon (42)
  • Armature constituée d’une cage soudée ou ligaturée soit panneaux treillis ST10 et ST25 + FE500 diam. 10, long. 1,20m
  • Douilles de levage avec crochets fixation dans le béton diam. ou diam. RD16 suivant les pièces
  • Joint entre les différentes pièces : GUTTA G 139 ou joint équivalent